Accueil > Actualités > Le Village d’artisans prend vie


Le Village d’artisans prend vie

publié le 6 mai 2014

Le Village d’artisans « de la lisière », porté par la CASE, prend vie depuis début avril et ce après plus d’un an de travaux. Présentation des premiers installés.

Renault dit « ouf ! »

Antonio Monteiro ne cache pas sa joie et sa gratitude envers la CASE de l’avoir sorti de ses anciens locaux de la place Aristide-Briand : « ici c’est plus petit mais infiniment plus fonctionnel, accessible et visible ! Grâce à la CASE, et l’accompagnement sans faille d’Anne Levasseur, j’ai un superbe outil de travail. Ce local va me changer la vie professionnelle, ainsi que celle de mon employé et de mon apprenti. Maintenant, c’est à moi d’exploiter cet outil et de développer mon activité. » Après 3 ans à la tête du garage archépontain, Antonio Monteiro ne retournerait pour rien au monde sur la place Briand et ce malgré un déménagement qui a duré plus d’une semaine.

Espace tuning ?

Isabelle Dethieux est la deuxième arrivée au Village. Cette auto-entrepreneuse de Val-de-Reuil se dit « ravie de pouvoir emménager dans des locaux professionnels, loués à des tarifs imbattables. C’est ce qui me permet de ne plus travailler à domicile et d’envisager de développer mon activité ! J’aimerais évoluer vers une EURL si tout se passe bien et embaucher une personne. » L’entrepreneuse souligne la proximité des artisans : « avec Renault et le prochain contrôle technique, on pourra mieux servir notre clientèle. Personnellement, j’espère développer ma spécialité pour le tuning. » Clem style, le nom de sa boite, fait aussi des panneaux publicitaires, des objets publicitaires, des banderoles, vêtements et stickers. Des services qui n’existaient pas dans la cité médiévale.

La lisière ?

La lisière, nous apprend le maire et vice-président de la CASE Richard Jacquet, « précise la localisation du Village d’artisans : près de la forêt de Bord. C’est aussi un clin d’oeil à l’histoire car Pont-de-l’Arche est la cité de la chaussure. Cette industrie est née au début du XIXe siècle d’une création artisanale locale : le chausson de lisière. La lisère était le rebord du drap que l’on découpait pour le rendre bien droit.

 


Antonio Monteiro (Renault) est ravi de ses nouveaux locaux.

Isabelle Dethieux (Clem style déco) avec Guillaume et Jean-Louis devant
une de ses réalisations.

Partager l’article :